Bigflo & Oli 30 ans Lyrics

Bigflo & Oli 30 ans Lyrics PAROLES

Paroles de « Bigflo & Oli – 30 ans

[Intro]
Joyeux anniversaire
30 ans, putain
Yeah, hein, ok
L’aiguille tourne, y’a rien à faire pour la faire reculer
Ça y est, je suis plus vieux que mes parents le jour où je suis né
Wow

[Couplet unique]
J’vais commencer en me présentant
J’m’appelle Florian Ordonnez
Aujourd’hui j’ai 30 ans
J’pensais qu’être adulte arrivait comme une évidence
Un jour tu te lèves et t’as toutes les réponses à ton existence
Un genre de diplôme, un tampon sur du papier
Pourquoi j’ai 30 ans, j’ai encore l’impression que j’suis pas prêt
Est-ce que c’est normal ? Dis moi t’en penses quoi ?
Si la sonnerie du lycée se mettait à sonner, ça me choquerai pas tant que ça
J’sais pas faire la cuisine, j’suis nul en bricolage
J’suis pas du tout dans le mood de faire un enfant ou un mariage
Ça me parait tellement loin, c’est flou comme un mirage
J’ai l’impression que tout ça c’est renoncé, j’en ai peut être une mauvaise image
Mon enfant, attend un peu, papa est encore dans le game
Accueillir une vie, c’est faire le deuil d’une partie de la sienne
Mon adolescence était pas si mal
J’exagère pour que ça fasse de belles chansons
En grandissant, en fait, c’est pas si grave
J’veux pas sous estimer tes malheurs, toi l’ado qui m’écoute
J’étais comme toi dans le brouillard de fou, dans une pluie de doutes
Avec le temps, les échecs deviennent des leçons
Le taff devient une passion
Les claques des motivations
Les pertes de proches deviennent des forces qui protègent dans la vie
Les malheurs deviennent de bons souvenirs teintés de nostalgie
J’étais nul, abattu, dans l’abus, dans la brume, dans la lune
Comme une Mélanie, j’étais dans ma bulle
Mais j’te jure, j’en ai pas tant d’souvenir, 15 ans après
Mais je sais que c’est facile à dire, 15 ans après
L’univers est infini et la mort aussi
Ce genre de pensées qui m’empêchent encore de m’endormir la nuit
Pétrifié dans mon lit, j’prends la moitié d’un cachet
Pourquoi je suis encore cassé ?
Ma meuf dit que ça va passer
Ce que je peux pas rationaliser, je le rationne en matériel
Donc j’achète la nouvelle caisse, la nouvelle paire, la suite d’hôtel
L’existence est absurde, donc la réalité j’me l’offre
Un truc tangible, un truc concret que j’peux enfermer dans un coffre
J’profite pas du présent, j’fais que compter le temps qu’il me reste
J’ai les cheveux blancs, dis moi si c’est la sagesse ou le stress
J’ai peur d’être en danger mais j’sais même pas ce qui me menace
J’en arrive à croire que c’est celui que je vois dans la glace
J’fais des scénarios de fou, des trucs tragiques
Et quand ils se produisent pas, bah j’en invente un nouveau tout de suite
J’anticipe les malheurs comme si j’y étais condamné
En fait il m’arrive rien, j’ai de la chance et j’fais que chialer
C’est p’tet ça d’être artiste
Ouais
Et d’après ce qu’ils disent, moi j’suis un putain d’artiste
J’ai visité mon mal être, j’en connais touts les recoins
J’ai fait la paix avec mon démon, je l’utilise quand j’en ai besoin
J’suis beaucoup moins sur Insta, les réseaux ça m’a saoulé
Comme si j’étais lassé d’un jeu auquel j’aurai trop joué
J’suis le grand frère, la malédiction de l’ainé
Oli dit que j’fais trop l’ancien, j’crois que ce son va pas aider
J’vois une psy, j’fais du yoga et de la méditation
Le p’tit con que j’étais m’aurait sûrement traité de vieux con
Adieu la vingtaine, les boites avec Antoine et Louis
I, I follow you, deep sea, baby
Le futur s’annonce éclatant
J’suis un bosseur, un battant
Peu importe tout ce qu’il m’attend
Déjà j’en demandais pas tant
J’ai de l’argent et du talent
La baraque pour les parents
Florian le garçon épatant
Si j’craque, j’vais me relever
Matte le coeur qu’j’ai
J’attends la vague, quand elle arrivera je vais la surfer
J’ai 30 ans, y’a encore mes fans dans la salle
J’ai 30 ans, j’veux encore du rap, encore des fans
J’ai 30 ans
Putain j’ai 30 ans

[Outro]
30 piges
Wow
30 piges
J’ai pas vu l’temps
J’ai pas vu l’temps passer
J’avoue, j’ai pas vu l’temps passer